HONDA CIVIC 1.6 i-DTEC/ 2.2 i-DTEC WTCC

En page 2, fiche technique, tarifs et diaporama.  Pages: 1 2

Ce n’est pas Dr Jekyll et Mr Hyde, mais si l’une est discrète, l’autre s’affiche
 
 HONDA CIVIC 1.6 i DTEC/ 2.2 i DTEC WTCC
 
Bon, pour l’aspect ultracompact, on peut en reparler : si la première ne mesurait que 3,55 m hors tout, l’actuelle affiche crânement ses 4,29 m, ce qui la place dans une tout autre catégorie.
 

Il faut avoir un certain âge pour s’en souvenir : en 1972, date de la présentation de la première Civic… il n’existait ni VW Golf, ni beaucoup d’autres modèles de grande diffusion avec autant d’atouts novateurs : traction avant, moteur transversal, dimensions ultracompactes, moteur à charge stratifiée.

 

Ou il est question de… style

Cette dernière évolution de Civic, reprend grosso modo le carnet de charges de la précédente génération : aspect visuel courageux, motorisation d’avant-garde dans la version Diesel 1.6 i-DTEC, intérieur offrant une modularité maximale pour une berline, grand coffre.

Ce qui la distingue de la majorité de ses concurrentes, c’est certainement l’aspect visuel : par ses formes agressives, pointues, en forme de projectile, elle tranche avec presque toute la concurrence. En effet, cet immense pare-brise fortement incliné, cet avant très aérodynamique, cette lunette arrière séparée – il faut aimer.

Ce qui explique également que, selon les marchés visés, la Civic prenne plusieurs aspects : trois volumes plutôt conventionnels, coupé 3 portes et, pour l’Europe et les marchés avoisinants, cette 5 portes à arrière fuyant.

 

Des qualités cachées

La Civic 1.6 i-DTEC est le premier modèle à reprendre le nouveau programme maison «Earth Dreams Technology », c’est-à-dire la recherche d’une efficacité énergétique maximale, d’un confort élevé, d’une sécurité à tous les niveaux, d’un véritable bien-être dans le véhicule et, important chez Honda, d’un véhicule qui fasse plaisir à conduire.

Cela se ressent d’emblée lorsque l’on accède au véhicule : les finitions sont « à la japonaise », parfaites au millimètre, avec des matériaux qui auraient pourtant gagné à être plus doux au toucher. A l’avant, la place est somptueuse, les sièges sont confortables et faciles à régler. A l’arrière, la banquette est un peu plus rustique – elle recèle pourtant les sièges « magiques », rabattables d’un seul geste et permettant de loger, par exemple, deux VTT non démontés.

Sur le plan du tableau de bord, Honda fait dans le classicisme : trois compteurs regroupés derrière le volant multifonction, agrémenté du bouton vert permettant d’adopter un style de conduite « respectueux de l’environnement » et un grand écran central qui regroupe l’image renvoyée par la caméra de recul, la navigation ainsi qu’un système multiinformation inédit.

La caméra de recul, parlons-en : elle est indispensable, car l’arrière fuyant et sa lunette à barre transversale entravent singulièrement la vue.

 

Un bijou de moteur

Le constructeur japonais – No 1 dans le monde par le nombre de voitures, motos, agrégats, tondeuses et moteurs marins construits – a toujours été novateur au plan des moteurs à combustion interne. Ce nouveau Diesel à rampe commune, injecteurs piézo-électriques et turbo en est la preuve : il pèse 40 kg de moins que le Diesel 2,2 litres, il développe certes 30 ch. de moins, mais se contente dans la pratique d’une consommation mixte de seulement 4,9 litres/100 km et, par conséquent, de rejets très faibles.

Malgré sa cylindrée réduite, ce nouveau groupe séduit par son silence de fonctionnement, sa souplesse et ses remarquables reprises.

Bonnes notes également pour le tarage des suspensions, en net progrès : la tenue de route reste exemplaire, le confort a gagné en onctuosité. Quant à la direction, sans être imprécise, elle pourrait gagner en réactivité. Les freins sont eux irréprochables.

 

Une sécurité de tous les instants

Cette dernière-née est bardée de systèmes permettant d’éviter les accidents ou d’en limiter la gravité. Hormis la structure de carrosserie ACE qui, lors d’un impact, absorbe et répartit l’énergie du choc sur une plus grande surface avant, il existe des systèmes d’assistance à la conduite tels que l’EDB, l’assistance au freinage d’urgence, le contrôle de stabilité VSA, le système de surveillance de la pression des pneus, etc.

Quant au système CMBS de prévention des collisions par anticipation du freinage, c’est également une nouveauté dans ce segment : basé sur radar, il agit de concert avec les ceintures de sécurité pour signaler un risque de collision. Lorsque le conducteur ne réagit pas, CMBS initie le freinage afin de limiter la gravité de l’impact.  A noter également, le stabilisateur de vitesse ACC, permettant d’adapter la vitesse au flux de circulation.

Certes, ce n’est pas une voiture parfaite – néanmoins, dans cette catégorie c’est une alternative réjouissante.

 Honda Civic 2.2 i DTEC WTCC HONDA CIVIC 1.6 i DTEC/ 2.2 i DTEC WTCC

Série spéciale Honda Civic 2.2 i-DTEC WTCC

Peu avant la commercialisation de cette version « downsizing », Honda a produit une exécution sportive aux couleurs du WTCC et équipée du 2.2 i-DTEC de 110 kW (150 ch.) à 4000 tr/min. Cette série spéciale, étonnement motorisée en Diesel, bénéficie d’un comportement routier extrêmement vif, en adéquation avec son plumage.

Au plan technique, la série spéciale correspond dans ses grandes lignes à la voiture de série, déjà typée sport. Le train de roulement a été revu et corrigé, de même que le châssis : les ressorts plus fermes et un tarage adapté de la suspension assurent une conduite encore plus précise et soulignent le caractère sportif de cette série spéciale. Remarque qui vaut également pour les magnifiques et exclusives jantes en alliage léger OZ Superturismo WRC de 17 pouces que Honda a fait produire spécialement pour cette version.

Le fait qu’il soit possible de marier, sport et respect de l’environnement est attesté par la Civic 2.2 i-DTEC WTCC par sa consommation mixte de 4,4 litres/100 km et des émissions de CO2 de seulement 115 g/km. Avec ce résultat, Honda réussit une performance plutôt rare – un véhicule avec une touche sportive évidente qui atteint en matière d’efficacité énergétique la meilleure note A.

Ceci, tout en restant une berline compacte à vocation familiale ! A la voir passer, avec sa livrée exclusive, elle en jette… comme on dit. Tout cela pour 31’900 francs.

Les essayeurs

 


 

 

En page 2, fiche technique, tarifs et diaporama.  Pages: 1 2