KIA OPTIMA CRDi STYLE

En page 2, fiche technique, tarifs et diaporama.  Pages: 1 2

Ses origines ne lui font pas honte, mais elle cache bien son jeu
 
 KIA OPTIMA CRDi STYLE
La perfection, hélas, ne faisant pas partie de ce monde, dans ce cas on se contentera juste de parler d’une voiture optima… le.
 
 

Faoug, canton de Vaud, automne 2014. De nombreux badauds déambulent sur la petite route du lac et… s’arrêtent devant notre Optima, d’un noir rutilant. « C’est la nouvelle Audi ? » demande un jeune couple. D’autres familles s’arrêtent, se mêlant à la conversation. « Comment, ça, une coréenne ? »

 

Preuve que les designers de la version 2015 de la Kia Optima – basés à Francfort ainsi qu’en Californie – ont très bien travaillé. En effet, par son aspect de « coupé 5 portes », à la fois élégant et pratique, KIA fait très fort avec cette dernière version de l’Optima. De nombreux prix et distinctions récompensent d’ailleurs le travail effectué sous la direction suprême de Peter Schreyer, le patron du design de Kia et de Hyundai.

C’est à l’évidence une grande voiture, avec sa longueur hors tout de 485 cm et une largeur de 183 cm et ces dimensions se ressentent également à l’intérieur : à l’avant, l’espace est ample, avec de beaux dégagements pour les jambes, et beaucoup de liberté laissée aux mouvements.  Ce ressenti d’espace est confirmé par la qualité des sièges revêtus de cuir, qui se distinguent par leurs nombreuses possibilités de réglages individuels et leur maintien latéral plus que correct. Mentionnons  qu’ils sont dotés d’un système de chauffage et de ventilation. Dommage que cette version – comme d’ailleurs beaucoup de nouveaux modèles, quelle que soit leur provenance – souffre d’un manque de visibilité vers l’avant : en travaillant particulièrement l’aspect aérodynamique, les constructeurs sont pratiquement condamnés à adopter des formes fluides, donc des pare-brise très inclinés. Résultat : bien que la surface du pare-brise soit énorme, son inclinaison induit un champ de vision réduit, ce qui empêche le conducteur de grande taille à pouvoir distinguer les feux rouges – il doit alors baisser la tête pour les apercevoir, lorsque la voiture est arrêtée à distance réglementaire.  

 

Tout le confort… ou presque !

Parlons de l’agrément intérieur : la voiture est, pour reprendre un terme français galvaudé, « suréquipée » avec, pour point d’orgue, un système audio DAB d’une remarquable qualité sonore, grâce aux 12 haut-parleurs installés. On y ajoutera la climatisation bizone, le régulateur de vitesse, le volant cuir multifonctions, le dispositif mains libres Bluetooth, la boîte à gants climatisée, les capteurs de stationnement AV et AR, les phares avant avec fonction d’accompagnement, éclairage diurne et les phares antibrouillard LED, une navigation cartographique correcte grâce à un écran de 4,3 pouces  – avec mise à jour des cartes de navigation pendant une durée de 7 ans ! – vitrage hydrophobe pour les glaces latérales AV, etc.

Sur route, la voiture est confortable, avec un amortissement bien adapté à ce type de véhicule, bien que, chargée à bloc, la suspension arrière arrive parfois en butée. Autre petit bémol, l’isolation phonique du propulseur qui mériterait d’être plus soignée…

 

Groupe propulsif

En Suisse, seule est proposée la version avec un groupe 1,7 Diesel suralimenté issu de la famille « U2 ». Ce moteur est agréable, rond, mais pourrait supporter 10-15 chevaux de plus. Néanmoins, il s’avère réactif et bien adapté à la boîte automatique à six rapports, aux passages doux et proposant trois modes d’exploitation: « Normal », « Eco » pour une conduite plus sobre et, pour ceux qui sont « à la bourre », le mode « Sport ». Compte tenu de sa taille, et en toutes circonstances, les consommations mesurées sont très satisfaisantes !

La direction est douce, assez précise sans atteindre des sommets et le freinage est lui aussi à la hauteur des performances attendues.

 

Aides à la conduite en grand nombre

Sur le plan de la sécurité active, KIA a installé dans son Optima tout ce qui se fait actuellement de mieux dans ce domaine : programme de stabilité contrôlé électriquement ESC, associé au contrôle de la traction TCA ainsi qu’au démarrage en côte HAC et au système de correction de la trajectoire  VSM. Egalement de série, voici les feux de freinage actifs ESS qui s’enclenchent automatiquement lors d’un freinage violent en faisant clignoter les feux de stop. Il existe encore toute une série d’aides à la conduite comme le BSD, le système d’alerte qui avertit de l’arrivée d’un autre acteur du trafic dans la zone de l’angle mort.

Pourtant, le point fort du véhicule, c’est la richesse et la qualité de l’équipement fourni, critères auxquels s’ajoute la garantie du constructeur de sept ans – ou 150’000 kilomètres, sans limitation du kilométrage durant les 3 premières années. On y ajoutera la garantie contre la perforation par la rouille (12 ans) et une garantie accordée sur la peinture (5 ans ou 150’000 km). En Suisse, KIA Motors AG accorde en supplément une garantie mobilité de 7 ans.

Les essayeurs  

 

 


 

 

En page 2, fiche technique, tarifs et diaporama.  Pages: 1 2