RENAULT CLIO R.S. 16 : la F1 n’accapare pas l’entier du département Renault Sport

Renault Clio RS 16 WEB 001 RENAULT CLIO R.S. 16 : la F1 n’accapare pas l’entier du  département Renault Sport

L’idée qui va donner naissance à Clio R.S.16 germe un soir d’octobre 2015, lors d’une séance de brainstorming organisée au siège de Renault Sport Cars. Au cours de la discussion, l’ingénieur Christophe Chapelain s’appuie sur son expérience du rallye pour affirmer qu’un châssis de Clio serait en mesure d’encaisser les performances d’une mécanique de 300 ch.

 

Dès les premiers jours de janvier, une équipe d’une dizaine de personnes est constituée chez Renault Sport. Le dossier est confié à la cellule Avant-Projet, au sein du Centre de Réalisation des Prototypes. Au-delà du temps imparti pour mener à bien sa tâche, la cellule Avant-Projet identifie rapidement les défis majeurs posés par le cahier des charges. En premier lieu, il s’agit de positionner correctement le moteur, la boîte de vitesses et le système de refroidissement issus de Megane R.S. 275 Trophy-R.

Avec un couple de 360 Nm, cette mécanique impose de revoir les suspensions du groupe motopropulseur. Pour ce faire, les équipes adaptent des pièces issues des Megane, Kangoo et Espace de série. Afin d’assurer un refroidissement optimal, un important travail est mené en collaboration avec les designers chargés de repenser la face avant du véhicule. Autre élément déterminant dans les performances, l’échappement doit être revu sans modifier le parcours de la ligne sous la caisse. L’acoustique n’est pas oubliée: à l’issue des essais sur piste, Clio R.S.16 reçoit un silencieux à double sortie Akrapovič, dont la sonorité est particulièrement flatteuse.

 Renault Clio RS 16 WEB 002 RENAULT CLIO R.S. 16 : la F1 n’accapare pas l’entier du  département Renault Sport

Non, ce n’était pas un poisson d’avril !

Le tout premier roulage de Clio R.S.16 a lieu le vendredi 1er avril, sur le circuit de Montlhéry. Grâce à l’important travail de simulation effectué en amont, la voiture révèle d’emblée un bon équilibre. L’autre motif de satisfaction concerne la température du groupe motopropulseur, conforme au cahier des charges initial. Dix jours plus tard, la mise au point débute sur les pistes du Centre Technique d’Aubevoye, un site confidentiel et stratégique situé en Normandie. Lors de cette première séance d’essais, les membres de la cellule Avant-Projet sont présents, pour vérifier la pertinence de leurs choix et anticiper de futures évolutions. En parallèle, les motoristes analysent des giga-octets de données pour vérifier le bon fonctionnement et les performances du 2.0 turbo…

Après une première apparition publique lors du Gd Prix de Monaco, le prochain rendez-vous est fixé en Grande-Bretagne, lors du Festival of Speed de Goodwood (23-26 juin).

CP/jmr

Renault Clio RS 16 WEB 003 RENAULT CLIO R.S. 16 : la F1 n’accapare pas l’entier du  département Renault Sport