RENAULT 16 : 50 ans après, voyez-vous ça, le hayon fait toujours recette

 Renault 16 50 ans WEB 0011 RENAULT 16 : 50 ans après, voyez vous ça, le hayon fait toujours recette

Si le hayon est désormais connu des automobilistes du monde entier, pour la plupart d’entre eux, son origine reste un mystère. Il faut remonter jusqu’en 1965 pour voir apparaître une berline statutaire, au look improbable pour l’époque, équipée d’une « cinquième » porte. Ce qui déclencha un branle-bas de combat dans bien des centres stylistiques de la planète automobile !

 

L’histoire des familiales à vivre de Renault débute il y a cinquante ans, dans la France des Trente Glorieuses. Au début de 1965, le constructeur innove au Salon de Genève avec un tout nouveau produit: la Renault 16. Cette berline présente une silhouette d’un genre nouveau: deux volumes avec un hayon pour accéder au coffre. Par sa volonté de mêler aspects pratiques et ligne élégante à six glaces, la Renault 16 adapte aux familiales statutaires le principe qui fit le succès de la citadine Renault 4: être une voiture à vivre.

Le projet est ambitieux, il s’agit de succéder à la Frégate mais pour Pierre Dreyfus, PDG de Renault de 1955 à 1975, il faut se différencier par rapport à la concurrence: «Nous devons nous y prendre autrement, une voiture ne doit plus être quatre sièges et une malle, elle doit être un volume». Ainsi naît la R16 sous les traits de crayon de Gaston Juchet. Malgré un anticonformisme assumé, Pierre Dreyfus valide le dessin de la et assure qu’elle sera: «la voiture des familles attirées par les modernités de la société de consommation.»

Au croisement des catégories entre berline et commerciale, elle offre une polyvalence inédite pour l’époque. Son coffre propose quatre configurations de rangement, pour un volume allant de 346 dm3 à 1200 dm3, grâce à une banquette arrière coulissante, rabattable et amovible.

 

Renault 16 50 ans WEB 002 RENAULT 16 : 50 ans après, voyez vous ça, le hayon fait toujours recette

Tableau de bord R16 version de base


Renault 16 50 ans WEB 0022 RENAULT 16 : 50 ans après, voyez vous ça, le hayon fait toujours recette

Tableau de bord R16 TS 1972

A l’instar de la Citroën DS, la R16 monte son moteur en position centrale avant. Donc avec la boîte située devant le moteur!

La Renault 16 a également marqué son temps par la modernité et l’avant-gardisme de ses caractéristiques techniques. Son excellent comportement routier était offert grâce au châssis à traction, encore rare sur ce segment à l’époque, et à l’installation de ses moteurs en position centrale avant. Ces derniers, ainsi que la boîte de vitesses et la culasse, étaient coulés en aluminium sous pression. Dès 1968, la version TS amène de nombreux équipements innovants en série, tels que la lunette arrière dégivrante, les phares additionnels à iode ou les essuie-glaces deux vitesses avec lave-glace quatre jets, ainsi que le rétroviseur intérieur avec réglage jour/nuit. Et en 1969 les feux de recul sont proposés, de même que les vitres avant électriques, le toit ouvrant électrique et la sellerie cuir.

Lors de sa présentation au Salon de Genève 1965, elle surprend par son style décalé et convainc rapidement le public en répondant simplement à ses attentes automobiles. Ce pari industriel est salué par le prix de la Voiture de l’Année 1966, remporté devant la Rolls-Royce Silver Shadow: une sacrée performance! De 1973 jusqu’à sa fin de carrière en 1980, la Renault 16 reçoit un moteur 1647 cm3 de 93 ch pour la finition TX, associé à une boîte à 5 rapports, capable d’une vitesse de pointe sur circuit de 175 km/h. Cette dernière proposait de série la condamnation centralisée et des ceintures de sécurité à enrouleur, deux équipements novateurs à l’époque.

CP/jmr

Renault 16 50 ans WEB 0033 RENAULT 16 : 50 ans après, voyez vous ça, le hayon fait toujours recette