AUTO-I-DAT : les cabriolets ne représentent qu’un petit 5% du parc automobile

Mini Moke WEB AUTO I DAT : les cabriolets ne représentent qu’un petit 5% du parc automobile

A peine les Saints de glace sont-ils derrière nous, que les routes se retrouvent prises d’assaut par les cabriolets, très en vogue chez les Suisses. En effet, le parc de cabriolets immatriculés en Suisse compte actuellement 211’280 véhicules. Sur les quelque 4,5 millions de voitures particulières en circulation, les cabriolets ont presque franchi la barre des 5%.

 

Plus de la moitié des cabriolets sillonnant les routes suisses ont plus de dix ans. Comparés à l’âge moyen d’une voiture particulière en Suisse, les cabriolets représentent une catégorie spéciale de véhicules. Ceux-ci sont généralement bien entretenus du fait que la plupart d’entre eux ont un statut de voitures de collection. Tel est le résultat d’une étude menée par auto-i-dat ag, le leader du marché suisse des données relatives aux véhicules. Les cabriolets les plus anciens qui circulent actuellement sur les routes suisses datent même de l’année 1900. Ces véhicules ne sont pas seulement avantageux parce qu’ils rendent la conduite agréable : « keep calm and drive a classic » disent les Anglais, qui ont une longue expérience dans le domaine. La plupart du temps, ils conservent également mieux leur valeur que des véhicules comparables, avec un toit fixe.

 SM Cabrio WEB AUTO I DAT : les cabriolets ne représentent qu’un petit 5% du parc automobile

La puissance du moteur n’occupe pas le devant de la scène

Un cabriolet n’a toutefois pas nécessairement besoin d’un moteur de forte puissance. Près de la moitié (43,8%) des cabriolets sont équipés d’un moteur de 101 à 150 ch, alors que cette catégorie de puissance ne représente que 32% de l’ensemble des voitures particulières en Suisse. La situation est similaire pour les cabriolets de 51 à 100 ch. Cette catégorie de puissance est encore relativement bien représentée et se taille une part de 21,3%. En tenant compte de toutes les voitures particulières, cette proportion ne s’élève qu’à 11,3% en comparaison.

Les cabriolets datent des débuts de l’automobile. Carl Benz construit son premier véhicule motorisé sous forme de cabriolet dès 1886, non pas pour le plaisir de conduire la tête au vent, mais plutôt pour réduire les coûts de fabrication et sans aucun doute le poids. Maintenant, c’est le phénomène inverse, les cabriolets sont généralement nettement plus onéreux et plus lourds que leur équivalent à toit fixe.

CP/jmr

Fiat 850 WEB AUTO I DAT : les cabriolets ne représentent qu’un petit 5% du parc automobile