PORSCHE SUISSE: née après la guerre, la firme a fait sa réputation sur un seul type de voiture: la 911

Porsche 35623 WEB 001 PORSCHE SUISSE: née après la guerre, la firme a fait sa réputation sur un seul type de voiture: la 911

Genève, mars 1964. Présentation des 356 C, 904 et 901

Il n’y a que quelques initiés pour savoir que la fabrication des Porsche 356 n’aurait probablement jamais pu démarrer sans un Suisse: Rupprecht von Senger. En 1948, c’est lui qui commanda les cinq premiers véhicules de toute l’histoire de la marque, allant jusqu’à poser une option pour cinquante autre. Mais surtout, il fit en sorte de rendre visible à Genève la toute jeune marque. Où en serait Porsche aujourd’hui sans la Suisse et le Salon de Genève?

 

Porsche 356 WEB 002 PORSCHE SUISSE: née après la guerre, la firme a fait sa réputation sur un seul type de voiture: la 911

Porsche 356/1

Porsche, qui n’était alors qu’une toute jeune entreprise, présentait début juillet son tout premier modèle au Grand Prix de Suisse. Il s’agissait de la 356/1, une voiture de sport à moteur central, portant le numéro de châssis 356-001, première 356 construite par Ferry Porsche entre 1947 et 1948, homologuée à Gmünd le 8 juin 1948, et immatriculée K – 45 286 le 15 juin. A Berne, les journalistes furent séduits, et le magazine Motor und Sport salua la première 356, «croisement de voiture populaire et de voiture de course de catégorie sport». Quant à l’Automobil-Revue de Berne, elle écrivit le 7 juillet: «Le premier véhicule expérimental construit par Porsche est une voiture de sport ouverte à deux places, que nous avons pu conduire sur le circuit de Bremgarten avant le Grand Prix, et qui nous a rapidement inspiré une totale confiance. Car c’est bien ainsi que l’on imagine la conduite d’une voiture moderne.»

 

Porsche 35601 WEB 003 PORSCHE SUISSE: née après la guerre, la firme a fait sa réputation sur un seul type de voiture: la 911

Genève 1949 Ernst Schoch (secrétaire de Bernhard Blank), Louise Piëch, Bernhard Blank, Ferry Porsche, Hans Orsini, Heinrich Kunz (chef des vendeurs de Blank)

Pourtant, le financement du projet était loin d’être assuré. Et c’est là qu’un nom suisse entre en scène, Rupprecht von Senger. Amateur de voiture et lui-même vendeur automobile, il avait acheté la 356/1 début septembre 1948 pour 7000 francs. Porsche disposait ainsi des devises nécessaires pour pouvoir aborder la conception d’un coupé. Qui, grâce aux comptes rendus enthousiastes, furent commandés en un clin d’œil. Et von Senger s’assura le droit d’acheter les cinq premières voitures de sport Porsche, afin de les importer en Suisse – avec une option sur 50 véhicules supplémentaires. Il versa une avance et facilita la production en organisant l’achat des pièces détachées, des pneus et des tôles de métal léger nécessaires. En 1948, il mit aussi en contact Ferry Porsche avec l’hôtelier et marchand de voitures zurichois Bernhard Blank, qui transforma une partie de son hôtel en salle d’exposition. En fin d’année, il présenta le premier coupé: la 356/2. Et en mars de l’année suivante, il ouvrit à la marque les portes du Salon de l’automobile de Genève, où Porsche fit sa première apparition sur la scène internationale. La voiture ne tarda pas à devenir un secret d’initiés, circulant entre amateurs aisés de voitures de sport. A l’époque, un coupé coûtait 14’500 francs, et le cabriolet 16’500 francs. Jusqu’à fin 1949, 27 exemplaires de la voiture de sport, faite main, furent vendus en Europe. Cette première apparition fut le début d’une longue relation, toujours aussi fructueuse aujourd’hui, entre le Salon de l’auto de Genève, la Suisse et Porsche.

 

Porsche 356 WEB 004 PORSCHE SUISSE: née après la guerre, la firme a fait sa réputation sur un seul type de voiture: la 911

Porsche 901

En présentant en première suisse un prototype de Porsche 901 bleu ciel, le Salon de Genève 1964 jeta un pont entre la 356 et la 911. Le six-cylindres de deux litres portait encore la dénomination 901, mais Peugeot avait déposé tous les nombres comportant un zéro au milieu, c’est pourquoi le nouveau modèle fut commercialisé sous l’appellation 911. L’année suivante, une autre 911 trônait sur le stand: ce modèle rouge était le 78e exemplaire des 82 prototypes de 911. Cette voiture compte parmi les quelque douze 911 toujours existantes. Actuellement en cours de restauration.

CP/jmr