TOYOTA ET L’HYDROGÈNE: sera-ce l’avenir de la propulsion alternative

Toyota Mirai WEB 001 TOYOTA ET L’HYDROGÈNE: sera ce l’avenir de la propulsion alternative

Toyota augmentera dès 2020 son volume de production de piles à combustible et de réservoirs d’hydrogène. Pour y parvenir, on construit à Honsha une nouvelle ligne de production de piles à combustible et, à l’usine Shimoyama, une ligne de production spécifique pour les réservoirs d’hydrogène. Toyota compte couvrir de la sorte la demande croissante de véhicules à hydrogène par des volumes de production supplémentaires.

Dans la décennie à venir, la demande de véhicules à propulsion alternative va probablement décupler, pour atteindre jusqu’à 30’000 unités par an. Pour augmenter la productivité des piles à combustible, Toyota édifie un nouveau bâtiment high-tech à huit étages affecté à la production des piles à combustible, non loin du site de production actuel à l’usine Honsha à Toyota City. Le terrain d’une surface de 70’000 m2 se trouve à proximité de la première usine automobile de l’entreprise, datant de 1938 et sera affecté à la fabrication des composants qui permettent de transformer l’hydrogène en énergie électrique.
La production des réservoirs d’hydrogène aura désormais lieu sur une ligne de production spécifique à l’usine Shimoyama à Miyoshi City dans la préfecture d’Aichi. Jusqu’ici, les réservoirs Toyota composés d’une fibre de carbone particulièrement épaisse et résistant même aux chocs importants étaient fabriqués à un nombre d’exemplaires nettement plus faible à l’usine Honsha.
Shell Hydrogen TOYOTA ET L’HYDROGÈNE: sera ce l’avenir de la propulsion alternative
Une goutte d’eau au milieu de l’océan de la production mondiale!
Toyota joue un rôle de pionnier au niveau de la technologie des piles à combustible. Avec la Toyota Mirai (consommation d’hydrogène combinée de 0,76 kg/100 km), le fabricant automobile japonais propose sa première limousine fonctionnant avec une pile à combustible. Ses ventes ont continuellement augmenté depuis son lancement en passant de 700 unités mondiales en 2015 à environ 3000 véhicules l’an dernier. Dans la prochaine décennie, il est prévu d’augmenter les ventes de véhicules à propulsion alternative à 30’000 unités par an (10’000 au Japon). A côté de la Mirai qui sera commercialisée au Japon, aux USA et dans neuf pays européens, des bus fonctionnant à l’hydrogène doivent aussi y contribuer.
De plus, Toyota coopère avec différentes entreprises pour faire avancer le développement des infrastructures de distribution d’hydrogène requises. Grâce à cette initiative et bien d’autres, Toyota souhaite apporter sa contribution à une société de l’hydrogène.
CP/jmr

Pile à combustible TOYOTA ET L’HYDROGÈNE: sera ce l’avenir de la propulsion alternative